• Accueil
  • > Economie
  • > Les bons gestes de sécurité quand on a une chaudière ou une cheminée
Les bons gestes de sécurité quand on a une chaudière ou une cheminée

Posté le 28 mars 2014

Le temps hivernal nécessite l’utilisation d’une chaudière ou d’une cheminée. Cependant, la première comme la deuxième requièrent un grand entretien pour bien fonctionner. Nous avons rencontré un chauffagiste et un ramoneur sur terrain.

Michel Lebrun, le chauffagiste :

Michel Lebrun, un chauffagiste, fort de ses années d’expérience nous conseille sur la manière d’entretenir notre chaudière. Un entretien qui doit se faire à l’annuel  comme l’exige l’assurance habitation.

Pour faire des économies et réguler la température, il est conseillé d’installer un thermostat d’ambiance. Pour éviter l’obstruction, vous devez vérifier les ventilations. Avant la remise en marche, veillez aussi à vérifier la pression et n’oubliez surtout pas de purger votre réseau. Prêt à vous aider, dans tous les travaux de ramonage, appelez Monsieur Michel Lebrun le chauffagiste.

Alexandre Fontaine, le ramoneur :

Un peu vieillot, mais toujours en marche et toujours de tendance : la cheminée. Elle est prête à vous secourir pour l’hiver. Vu le prix exorbitant du gaz, Alexandre Fontaine nous conseille le ramonage et nous prodigue quelques précautions à prendre face à l’insouciance massive des gens dans l’entretien de leur cheminée.  Dans le Nord, il n’y a qu’une centrale de ramonage. Ainsi, en premier lieu, il nous rappelle qu’annuellement, on doit faire deux ramonages. Outre le recours à un spécialiste qui saurait mieux gérer les problèmes, utiliser déjà des bois secs pour éviter de goudronner votre cheminée. N’oubliez pas, par ailleurs, de vider quotidiennement votre bac à cendres. Ceci afin d’éviter d’obstruer l’arrivée de l’air surtout si vous utilisez votre cheminée tous les jours. Et une autre astuce, placez le dernier bûcher vers 22 heures, il s’éteindra à minuit, pour éviter que cela ne prenne feu et qu’il goudronne.

Avec un entretien régulier à seulement 60 euros, vous ferez plus d’économie et éviterez une facture trop lourde d’une cheminée encombrée. Car pour un débistrage vous devez payer 500 euros.

Le capitaine Nathan Renaud, quant à lui, vous donne trois conseils, pour éviter le monoxyde de carbone. En premier lieu, une fois par an, contrôler votre installation de chauffage. Ensuite, installer un détecteur de monoxyde de carbone chez vous. Et ne pas hésiter à faire appel à votre médecin traitant ou au pompier en cas de doute.